Godé Bondembe : "Je me sers de la musique comme support et j’ai l’obligation de bien présenter ce support." 

Par redaction

 

Peu ou presque personne ne lui avait accordé du crédit. Entre sa carrière dans le droit et l'appel du seigneur dans le chant, le choix était clair : obéir à la voix du seigneur. Décision prise, c'est un nouvel apprentissage qui s'offre devant elle. Un parcours pas que jonché des fleurs, mais aussi d'épines. 10 ans après, les résultats parlent d'eux-mêmes. 10 ans ça ne passe pas inaperçu, ça se célèbre. La chantre gospel Godé Bondembe, visionnaire du groupe Goshen s'est exprimée à cœur ouvert. Très brièvement avec simplicité et humilité, elle nous retrace son parcours riche en expérience et nous révèle son secret.

" "

Gospelmuzik.cd : Godé Bondembe, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la célébration décennale, qui consacre vos dix ans de carrière ?

Godé Bondembe : Nous célébrons l’Éternel, notre Dieu pour les 10 ans d’existence du groupe Goshen dont je suis visionnaire. Moi, je l’ai intitulé « célébration la grâce ». Et c’est pour une raison bien simple : 

"Tout au long de ces 10 ans, on a vécu la grâce du seigneur au sein de ce groupe Goshen." 

Vous savez, Dieu nous a pris de nulle part alors que la musique nous avait disqualifiés. Si nous avons tenu, c’est parce que nous avions au préalable reçu le « Go » de Dieu. Nous avions de lui l’assurance que même si nous ne voyons rien en réalité, nous savions pertinemment bien que sa grâce était là. Et nous avancions avec elle.
Pour dire vrai, maman Godé n’est pas musicienne, mais la musique me sert de support. 

"Je reconnais ne pas avoir cette fibre artistique en moi, je ne suis qu’une servante de Dieu et je me sers de la musique comme support et j’ai l’obligation de bien présenter ce support." 

Et cela implique de notre part beaucoup de travail, de résilience, donner le meilleur de soi. Mais en fin de compte, c’est le fond qui compte. 

"Déjà tout au début, je me rappelle, personne n’avait cru en maman Godé." 

Et jusqu’à aujourd’hui, d’ailleurs même Christ n’avait pas fait l’unanimité, et moi de même, je n’ai pas besoin que tout le monde me croie. Désolé. 

"On avance par rapport au témoignage du Saint-Esprit. Et aussi par rapport à ce que le seigneur est en train de faire dans la vie de son peuple parce qu’au jour le jour, nous voyons des âmes se convertir par notre ministère."

Nous entendons pas mal des témoignages et l’on bénit le seigneur. Et donc pour toutes ces choses nous nous sommes dit, la décennale ne peut pas passer comme ça. Nous devons lui être reconnaissant pour tout ce qu’il a fait pour nous.

Gospelmuzik.cd : Qu’est-ce qui vous motive et vous pousse à avancer malgré la négation autour de vous ?

Godé Bondembe :

"La révélation que Dieu donne constitue une énorme énergie spirituelle dans la marche avec le seigneur." 

Dieu m’a dit quelque chose. Dieu m’a dit d’aller, d’avancer. Je n’ai pas besoin de l’approbation des hommes. Et le Saint-Esprit du jour, le jour, ne cesse de rendre témoignage de ce que Dieu m’a dit. Voilà pourquoi on avance. On ne recule pas parce qu’on ne peut pas écouter les hommes, mais nous voulons écouter la voix du seigneur. Et cette voix ne cesse constamment de nous parler : « Ma fille, je suis avec toi. Lève-toi. J’ai un grand travail à faire avec toi. Je vais gagner les âmes avec toi. Je vais conquérir les cœurs avec toi. » Et voilà pourquoi maman Godé ne peut pas s’arrêter. Cela constitue une source d’énergie pour moi. Et j’avance et j’avancerai qu’importe ce que les gens diront. À un moment donné, les gens disaient : « Mais cette femme-là, elle ne fait que chanter. Elle n’a pas une belle voix » Mais, attend qu’est-ce que Dieu a à avoir avec la voix ? Si la voix pouvait sauver, les Céline Dion sauveraient des âmes, les Michael Jackson aussi. 
Vous savez,

le plus important, c’est l’esprit qui accompagne la voix, c’est la grâce, c’est l’onction qui accompagne la voix. 

Voilà pourquoi on est écouté. Ce n’est pas par rapport à la voix. Et moi, je ne m’arrêterais pas parce que c’est Dieu qui m’a envoyé. Et simplement parce que le Saint-Esprit ne cesse de rendre témoignage, que l’Éternel est avec nous. Mais également les témoignages que nous recevons en feed-back venant des enfants de Dieu de par le monde entier par rapport à notre ministère.

" "

Gospelmuzik.cd : Votre expérience inspire, que diriez-vous à la jeune génération qui vous prend pour model dans le gospel ?

Godé Bondembe : Je n’ai cessé de le dire et aujourd’hui je le redis encore aux jeunes ; 

  • de prime: 

"il faut se rassurer de son appel. Parce que chaque appel a un contenu. Quand Dieu t’appelle ce qu’il y a des choses qu’il veut te dire. Il faut bien écouter ce que l’éternel t’a dit. Il ne faut pas faire comme tout le monde." 

Nous observons aujourd’hui trop des copier-collers. Cela ne nous avance pas. Non. Chacun de nous a quelque chose de particulier. Alors il faut se rassurer de son appel. Il faut demander à l’esprit de Dieu de t’éclairer par rapport à ton appel. Parce qu’au jour le jour, plus nous entrons en profondeur de la vision plus celle-ci devient claire. Ainsi dit, les jeunes doivent apprendre à rester aux pieds du maître. Fais ce que Dieu veut que tu fasses. Tu n’as pas besoin de faire comme les Américains. Tu n’as pas besoin de faire comme maman Godé. Parce qu’aujourd’hui, c’est le « worship », c’est tout ce qu’on entend. Non. Tu te dois d’être authentique avec un message qui t’a été donné par Dieu. Dieu ne donne rien de moche. Tout ce que Dieu donne est bon. Utilise ce que Dieu t’as donné. Va avec cette force. 

  • Secundo : 

"il faut rester en contact avec le Saint-Esprit parce que vous savez, aujourd’hui ce qui nous tue, c’est notre cercle d’influence. Parce que quand on commence, il y a toujours un cercle d’influence. Et quand on ne sait pas écouter l’éternel, on se confie à n’importe qui, et c’est cela le problème." 

Même Jésus-Christ pour pouvoir se choisir les 12, il a dû prier. Mais nous nous choisissons par plaisir, par les compétences intellectuelles, par compétences artistiques. Et au finish, cela nous crée du tort, car chacun viendra avec son conseil, chacun avec son expérience ce qui n’est pas mal du tout. Mais tout ce qui est hors de la parole de Dieu, hors de la vision conduit à la ruine. Demeurez en contact avec le saint esprit. Demeurez ouvert à l’esprit de Dieu. 

" "

Gospelmuzik.cd : Imaginez-vous un bref instant dans la peau du pasteur. Genre "pasteur Godé BONDEMBE" ?

Godé Bondembe : Je ne suis que sa servante et que sa volonté soit faite dans ma vie. Dieu reste Dieu. Il ne regarde pas à la manière des hommes. Quand on parle des chantres, et parmi les 5 ministères, nous ne trouvons pas le ministère des chantres. C’est un sacerdoce. Nous faisons partis de la tribu des Lévites. Je ne trouve pas d’inconvénient si un chantre devient pasteur demain ou après-demain. Le ciel ne s’assombrira pas de colère à cause de cela. Et Jésus-Christ, dit que nul ne peut venir à lui si le père ne l’attire. Si le père attire, si c’est sa volonté que je devienne pasteur, qu’importe ce que les hommes diront. Le plus important, ce sont les effets de mon ministère qui trancheront. Le plus important, c’est que les âmes puissent être sauvées. C’est aussi vrai que parmi le vrai, il y a toujours les faux ; voyez-vous, à un moment donné, il y a toujours de l’exagération, mais nous devons rester dans la parole de Dieu. 

Gospelmuzik.cd : Quelle définition avez-vous du mot succès ?

Godé Bondembe : C’est Jésus-Christ dans la vie d’une personne. La Bible dit : « Glorifiez-vous dans le seigneur. » Non pas avec le seigneur. Pas sur le seigneur. Mais en lui. Quand tu es à l’intérieur, en lui, tu n’es pas vu. C'est en fait lui et lui seul qu'on devra voir

" "

Gospelmuzik.cd : A quand la célébration décennale et comment allons-nous nous y prendre avec le temps qui court? 

Godé Bondembe : Sans nous rebeller contre les mesures prises par les autorités, consécutivement à la pandémie du COVID-19, et sans déroger à notre mission d’évangélisation par le chant, nous célébrerons exclusivement en ligne. Nous prenons rendez-vous avec le peuple de Dieu sur nos différents comptes aux réseaux sociaux notamment Facebook et YouTube. Les dates retenues sont du 5 au 8 mai 2020.

La rédaction

Nom